LE LOUP ET L'AGNEAU

   Toujours le méchant cherche à nuire.

De quoi les Princes et les Prévôts cherchaient occasion pour trouver quelque chose contre Daniel. Dan. 6. 4.

Du Loup et de l’Agneau.

    Dessous un beau courant, un Loup se mit à boire,
Où de même y buvait plus bas un pauvre Agneau ;
Auquel dit ce vieil Loup : « Tu troubles donc mon eau,
Babouin, tellement qu’elle en est toute noire.
    Ha ! pour certain jamais je ne l’eusse pu croire,        5
Quand bien je t’eusse vu quelque cornu Taureau. »
Mais l’Agneau tout tremblant voulant parler : « Tout beau,
Ce cria haut le Loup, encor en fais-tu gloire,
    Voire encor devant moi, misérable chétif,
Ressemblant à ton père ? Es-tu bien si hâtif                10
De vouloir sonner mot ? Non tu mourras en somme. »
    Tels voit-on les méchants être en toutes façons
Toujours assez garnis de semblables raisons
Quand ils veulent pour fin dévorer un pauvre homme.

Philippe DESPREZ, Le Théâtre des animaux auquel sous diverses fables et histoires est représenté la pluspart des actions de la vie humaine, 1644.

retour