LE LOUP ET L'AGNEAU

Du Loup et de l’Agneau. II

    Le Loup buvant à la source de la fontaine vit un Agneau loin de soi, lequel buvait au bas du ruisseau. Il accourut, et tançait aigrement le pauvret de ce qu’il lui troublait son eau. L’Agneau tremblait, et priait le Loup qu’il pardonnât au pauvre innocent, lui remontrant qu’en tant qu’il buvait bien loin au-dessous de lui, il ne pouvait troubler son eau, il n’en avait point de volonté seulement. Le Loup au contraire lui crie : « Tu pales en vain, méchant. Tu me fais toujours empêchement. Ton père, ta mère, et toute ta race me sont ennemis et contraires de toute leur puissance. Tu en seras aujourd’hui puni. »
Le sens.
    Il est dit par un vieil proverbe : Si tu veux battre le chien, facilement tu trouveras un bâton. Si le riche a volonté de nuire, facilement il trouvera occasion de nuire. Assez a péché qui n’a pu résister.

Les Fables et la vie d’Esope Phrygien, traduites de nouveau en françois selon la vérité grecque, 1582.

retour